Campus Numérique Francophone de Lomé

 

Accueil du site » Actualités » Actualités internationales

>>23 juin 2011 - "Apport de la génomique dans le diagnostic des tumeurs"

17 juin 2011

Le campus numérique francophone de Lomé (CNF-Lomé) de l’Agence universitaire de la Francophonie participe à une visioconférence autour de « l’apport de la génomique dans le diagnostic des tumeurs » donnée par le Dr Jérôme COUTURIER du service de génétique oncologique de l’Institut Curie (Paris, France).

PDF - 5.9 Mo
Diapo-TUMEUR

Cette visioconférence, qui se tiendra le jeudi 23 juin à 9h00 (heure de Paris, UTC/GMT +2) sera suivie d’un débat scientifique entre le conférencier et les publics mobilisés par les implantations de l’AUF. Elle sera modérée à Paris par Jean-Luc GUESDON (Comité pour la coopération scientifique et technique avec le Vietnam) assisté de messieurs Guy VERNET et Luc RONDELEUX (Université Paris Sud, Orsay).

Trois organisations, en plus de l’AUF, sont impliquées dans la tenue de cette visioconférence : le Comité pour la Coopération Scientifique et Technique avec le Vietnam (CCSTVN), l’Université Paris-Sud 11, Orsay (France) et l’institut Curie (Paris, France).

La conférence sera donnée du Campus de l’Université Paris-Sud 11 (entrée « Bures-sur-Yvette »), bâtiment 220 (Institut d’Électronique Fondamentale), 2e étage.

Cette manifestation sera retransmise en direct à 07h00 (GMT) au Campus numérique francophone de Lomé (CNF-Lomé) dans sa salle de formation, sise à l’aile ouest du bâtiment de la bibliothèque principale de l’Université de Lomé.

Résumé

Le cancer, qu’il s’agisse des hémopathies ou des tumeurs solides, est lié à des anomalies, en règle acquises, de l’ADN. Ces anomalies sont non aléatoires et, pour plus de 40 types tumoraux, principalement des tumeurs de l’enfant et de l’adulte jeune, elles sont caractéristiques d’un type tumoral donné et ont donc une grande valeur diagnostique. Ces remaniements sont essentiellement des translocations chromosomiques, des amplifications d’oncogènes, ou des pertes de gènes suppresseurs de tumeurs. La quasi-totalité de ces remaniements ont été identifiés par des analyses caryotypiques, mais le développement des techniques de cytogénétique moléculaire, hybridation in situ (FISH) et sur « puces » à ADN (CGH-, SNP-array), et celui de la RT-PCR, permettent maintenant le diagnostic des anomalies en routine. Des exemples seront présentés, pour le diagnostic moléculaire des tumeurs neuro-ectodermiques et des sarcomes des tissus mous. Ces approches ont permis aussi l’identification de marqueurs moléculaires spécifiques permettant le développement de thérapies ciblées pour des traitements personnalisés. Ce domaine va être révolutionné dans les années qui viennent par la possibilité de séquencer, pour un coût accessible, le génome tumoral.